Trois Grâces et deux saphirs

Lucas Cranach, dit "l’Ancien", "Les Trois Grâces", 1531. Afin d'acquérir ce tableau mis en vente par son propriétaire pour quatre millions d'euros, le musée du Louvre lance un appel au mécénat individuel, à grand renfort de communication. Il s'agit de récolter un million d’euros. Jamais exposé au public, cette œuvre est demeurée au sein de collections privées depuis sa création au XVIe siècle.

Le prix de l’art. D’un côté les Trois Grâces de Lucas Cranach, tableau de la Renaissance, que le musée du Louvre cherche à acquérir en faisant appel à la générosité des Français, après avoir rassemblé le tiers du montant de sa mise en vente (4 millions). Un site a été mis en place pour l’occasion. On y découvre que l’identité de ces trois femmes nues, parées de bijoux, demeure mystérieuse : « S’agit-il des Trois Grâces comme le suggère le titre du tableau, ou – comme certains spécialistes le pensent – d’une représentation allégorique de la Charité, de l’Amitié et de la Fidélité, ces vertus théologales défendues par l’Église ? »

De l’autre, la nouvelle « Les deux saphirs » extraite des Récits oubliés d’Elsa Morante. En deux pages à peine, on y suit une femme riche qui s’offre une éblouissante paire de boucle d’oreille avant de monter dans un bus. Là, elle voit une mère et son enfant aux yeux malades, échos troublants des deux saphirs qu’elle vient d’acheter. Prise de compassion devant ce spectacle, elle pourrait leur donner de l’argent pour épargner à l’enfant la cécité qui le menace. Mais… ce serait sans compter sur le talent d’Elsa Morante pour gratter le vernis des apparences et sonder la nature humaine. Elle décrit à merveille la fragilité des bons sentiments qui fondent à la vitesse de l’éclair, contrairement à d’autres tels que la convoitise, l’assouvissement d’un goût de luxe, l’égoïsme, l’indifférence.

EXTRAIT

« (…) La dame s’arrêta devant la vitrine de son bijoutier comme sur le seuil d’un jardin. Sur les graviers scintillants se déployaient des roues de paons semées d’yeux ; et au milieu de la flore d’arabesques, parmi des compositions triomphales de fruits rebondis aux mille facettes, pareils à deux fontaines, deux saphirs étaient enchâssés dans des anneaux de platine. L’apparition de ces boucles d’oreille éveilla dans sa gorge ce trémolo qui précède le plein chant et l’envol. Anxieuse, elle prit son envol, et entra.

(…)

En les regardant à présent, tout proches et presque siens, elle écouta d’une oreille distraite le bijoutier qui prononçait un chiffre, et hésita un instant ; mais aussitôt elle secoua la tête, dit : 
“ Pourquoi pas ? ” et acheta les saphirs. Ceux-ci, au fond de son sac à main, donnaient à la dame une allure plus légère et extatique, comme l’auraient fait des ailes.

(…)

Les pupilles délavées de l’enfant s’étaient posées sur la dame ; celle-ci le cœur battant terriblement, le visage enflammé, se mit à penser : “ Dans mon sac, il me reste, justement, mille lires. Je n’ai qu’à les prendre et les donner à cette pauvre femme. L’opération sera réussie et ces yeux retrouveront leur éclat comme mes deux saphirs si on les avait embués en soufflant dessus. Rien de plus simple. Je vais le leur dire et le faire. ” Mais alors qu’elle retournait cette pensée dans sa tête, et ouvrait déjà ses lèvres pour dire : “ Écoutez, ma petite… ”, dans une secousse la dame entendit le chauffeur du tramway crier : “ Piazza Rossini ! Piazza Rossini ! ” C’était la place où habitait la dame ; en hâte, serrant contre elle son sac à main fermé, elle descendit du tramway, qui repartit dans un bruit de ferraille et disparut bientôt.

(…) »

  • Elsa Morante, Récits oubliés, « Les deux saphirs », collection « Terra d’altri », éditions Verdier, 2009.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :