Le songe d’une nuit illuminée

A quoi rêvent les artistes ? Cette question qui en contient mille autres a poussé Antonio Tabucchi à imaginer ce qui pouvait habiter les nuits de Villon, Rabelais, Ovide, Tchekhov, Pessoa, Maïakovski, Goya… La liste est longue. Exercice d’un genre particulier, à la fois hommage et possible clé d’interprétation d’un destin, dont on ne sait au fond s’il ne renseigne pas davantage sur son auteur que sur ceux dont il sonde les improbables songes. En guise d’introduction, l’écrivain italien, modeste, prévient : ce ne sont là « que de pauvres suppositions, de pâles illusions, d’improbables prothèses », mêlant bribes biographiques, fantasmes rétrospectifs et aspects de la création des artistes convoqués. Que fait par exemple le Caravage sous la plume spéculative de Tabucchi ? Dépeint dans les bras d’une prostituée qui ronfle, il dort. Ce n’est pas encore le peintre de renom qu’on connaît, mais un joueur attablé dans une taverne (semblable à ceux qu’il a peints à ses débuts), et qui voit en songe le Christ, le doigt pointé sur lui, avec des exigences de marchand de tableaux.

Le Caravage, "Les Tricheurs" (détail), v. 1594-1595, Fort Worth (Texas), Kimbell Art Museum

« Lorsque Dieu le visita, il était en train de blasphémer le nom du Christ, et il riait. »

  • Antonio Tabucchi, Rêves de rêves, Gallimard, Folio, 2007.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :